STORIES By Heritage Resorts - Issue 3 - 2019 - Page 49



|NATURE
LA BIOSPHÈRE DE BEL OMBRE
Un refuge pour des
espèces uniques au monde
UNE LÉGÈRE BRISE MARINE SOUFFLE SUR LE SUD SAUVAGE DE L’ÎLE. EN CE SAMEDI MATIN,
HERITAGE NATURE RESERVE ARBORE UNE GAMME RESPLENDISSANTE DE COULEURS
ESTIVALES. NOTRE GUIDE, JEAN CLAUDE SEVATHIAN, EST UN BOTANISTE BAVARD ET
AMUSANT QUI CONNAÎT SUR LE BOUT DES DOIGTS LA FAUNE ET LA FLORE MAURICIENNES.
ACCESSIBLE À TOUS, LA NOUVELLE RANDONNÉE AU CŒUR DU PARC NATIONAL DES
GORGES DE LA RIVIÈRE NOIRE – UNE ZONE GÉRÉE PAR LE NATIONAL PARKS AND
CONSERVATION SERVICE (NPCS) – FAIT DÉJÀ PARTIE DES EXPÉRIENCES INCONTOURNABLES
DU DOMAINE. SUIVEZ-NOUS À LA DÉCOUVERTE DE LA BIOSPHÈRE DE BEL OMBRE, UNE
DES FORÊTS PRIMAIRES LES MIEUX PROTÉGÉES DE L’ÎLE !
MÉMOIRE
RÉVÉLÉE
Bois de natte dead
leaves and shoots;
tambourissa
peltata Zacot fruits,
tambalacoque fruit,
golden ebony fruits and
leaves; dried tree fern
petiole, dried Old World
climbing fern.
Feuilles mortes et
bourgeons de bois de
natte, fruits de pot de
chambre Zacot, fruit
de tambalacoque,
fruits et feuilles de bois
d’ébène doré, pétiole
séchée de fandia, liane
violon séchée.
Visiting the biosphere
of Bel Ombre was
for Shirin a privileged
moment. As she walked
through the forest, the
artist from Mauritius
picked up various
leaves, seeds, fruits,
branches, bark, pistils
and petals that she used
to make her ephemeral
creations, real odes to
nature. She described
this walk as a timeless
harvest, during which
she had the impression
that she touched – in
the true sense of the
word – the heart of
Mauritius. “This trip to
the roots of our island
has allowed me to relive
our history,” she says.
Accompanied by Jean
Claude, an exceptional
guide, Shirin visited this
lively inhabited forest
several times to get to
know the plants, trees,
ferns, bark, leaves and
lianas; to witness the
Une 4x4 type safari nous conduit à l’entrée
de la réserve. Cette zone de transition vers la
biosphère est, contre toutes attentes, peuplée
de pins de Floride – une forêt secondaire
(ou commerciale) plantée afin de générer de
l’emploi dans les années 1970.
Notre groupe traverse un petit pont pour
atteindre la zone centrale de conservation
et se retrouve face à un paysage d’une
grande beauté. Un cours d’eau à l’ombre
de la canopée évoque le passage du torrent
de Paul et Virginie, et son clapotis doux et
rythmé agrémente le chant des oiseaux et le
bruissement des feuilles.
En marche vers « Bon Courage », un sentier
auparavant emprunté par des chasseurs,
Jean Claude nous introduit avec entrain à
de nombreuses espèces endémiques telles
que la fougère patte de lézard, le vacoa ou
encore le majestueux bois de natte. Nous
nous arrêtons avec émotion devant un
ébénier bicentenaire et nous le serrons à tour
de rôle dans nos bras, sous le regard amusé
de notre guide.
"Did you know? Of the 691 plant species present in
Mauritius, 273 are endemic to the island and 150 are
endemic to the Mascarenes."
SHIRIN’S
INITIATORY
JOURNEY
NOTRE ÉPOPÉE EN PLEINE NATURE
cycle of life, from the
birth of the leaf to its
decomposition on the
ground; for a “treasure
hunt”. She shares her
artist’s view of the unique
Bel Ombre ecosystem
with three elegant
creations, inspired by the
forest. From the feathers
of the pink pigeon to
the seeds of the famous
tambalacoque, these
works focus on and
pay tribute to Mauritius
most precious and
fragile possessions.
LES ESPÈCES ENDÉMIQUES DE L’ÎLE
Formée il y a 8 millions d’années par une
série d’éruptions volcaniques sous-marines,
Maurice n’était pas exactement un paradis
tropical à sa genèse. Les plantes et les
animaux accostèrent progressivement
sur l’île par différents moyens. Si certaines
espèces ont « activement » trouvé leur
chemin en nageant ou en volant, d’autres
se sont laissé porter par le vent ou se sont
accrochées à des fragments de végétation
flottante. Isolées du reste de leur famille,
elles se sont adaptées à leur nouvel
environnement à tel point que nous parlons
maintenant d’espèces « endémiques »,
puisqu’elles n’existent nulle part ailleurs.
To find out more, visit:
www.heritagenaturereserve.com/UNESCO-Biosphere-Reserve-Bel-Ombre
LA BIOSPHÈRE, ZONE DE CONSERVATION ET
DE RECHERCHES
Depuis les années 1970, une collaboration
exceptionnelle entre le National Parks and
Conservation Service, le Forestry Service, la
Mauritian Wildlife Foundation et le secteur
privé (CBSO) a sauvé de l’extinction plusieurs
espèces d’oiseaux endémiques telles que la
crécerelle, le pigeon des mares et la grosse
cateau verte.
La biosphère de Bel Ombre protège
activement ces oiseaux en mettant à leur
disposition des abris où ils peuvent couver
et des mangeoires inaccessibles aux
prédateurs. « Mais notre but n’est pas de les
rendre dépendants », souligne Jean Claude.
La phénologie de la forêt – en d’autres mots
l’étude des événements saisonniers tels que
floraison, la feuillaison et la fructification –
permet aux chercheurs du site d’évaluer la
disponibilité des ressources alimentaires
naturellement accessibles, et de fermer les
mangeoires lorsque les oiseaux peuvent, en
quelque sorte, se débrouiller seuls !
La biosphère est donc sous surveillance
continue, mais l’équipe doit aussi procéder
à un désherbage régulier des plantes
envahissantes telles que le goyavier de
Chine. En effet, certaines plantes endémiques
comme le bois bœuf ou l’Hibiscus genevii
sont actuellement menacées de disparition
– sans mentionner toutes celles que l’île a déjà
perdues suite à l’invasion d’espèces exotiques
ou la surexploitation. « Notre objectif sur le
long terme, conclut Jean Claude, est d’élargir
la biosphère afin qu’elle englobe, idéalement,
l’ensemble du Parc national des Gorges
de la Rivière Noire ». Un projet ambitieux,
mais essentiel. Avec seulement 2 % de forêts
primaires, Maurice a, plus que jamais, besoin
de passionnés comme Jean Claude et l’équipe
de Heritage Nature Reserve pour protéger ses
espèces et conscientiser le public sur l’urgence
de la conservation.
Pour en savoir plus :
www.heritagenaturereserve.com/UNESCO-Biosphere-Reserve-Bel-Ombre
46
| HERITAGE RESORTS STORIES
HERITAGE RESORTS STORIES |
47
LE VOYAGE
INITIATIQUE
DE SHIRIN
Visiter la biosphère de
Bel Ombre était pour
Shirin un moment
privilégié. L’artiste
mauricienne cueille au
gré de ses promenades
les feuilles, graines, fruits,
branches, écorces, pistils
et pétales qui composent
ses créations éphémères,
véritables odes à la
nature. Elle décrit cette
balade comme une
récolte hors du temps,
durant laquelle elle a eu
l’impression de toucher
– au sens propre – le
cœur de Maurice. « Ce
voyage à la source de
notre île m’a permis de
revivre notre histoire »,
dit-elle. Accompagnée
de Jean Claude, un guide
exceptionnel, Shirin a
visité plusieurs fois cette
forêt vivante et habitée
pour faire connaissance
avec les plantes, les
arbres, les fougères, les
écorces, les feuilles et
les lianes ; pour assister
au cycle de la vie, de la
naissance de la feuille
jusqu’à sa décomposition
au sol ; pour une « chasse
au trésor ». Elle nous
partage son regard
d’artiste sur l’écosystème
unique de Bel Ombre avec
trois créations élégantes,
aux couleurs de la forêt.
Des plumes du pigeon
des mares à la graine du
fameux tambalacoque,
ces œuvres cristallisent
et rendent hommage à
ce que Maurice possède
de plus précieux et de
plus fragile.

Paperturn



Powered by


Full screen Click to read
Paperturn flipbook
Search
Overview
Download as PDF
Print
Shopping cart
Full screen
Exit full screen