STORIES By Heritage Resorts - Issue 3 - 2019 - Page 77



|PEOPLE
Et Dieu
créa ces femmes…
Naturelles, douces, délicates, drôles avec du caractère,
on vous parle de ces femmes du Sud qui ont l’entrepreneuriat dans l’âme.
EMMANUELLE COQUET,
THE RISING SUN
Bubbly and positive,
Emmanuelle Coquet opened
her gourmet grocery store,
dubbed Gourmet Emporium,
in 2010. Passionate about
her job, she joined the
gastronomy world at a very
young age thanks to her
father, a restaurant manager.
Over time, she earned her
first stripes in the family
business, then worked in
Dubai and eventually came
back to Mauritius to start
her own business, which
became an absolute success.
In just a few years, Gourmet
Emporium opened several
different branches around
the island. Emmanuelle’s
motto: share with the
customer the experience,
the story and the origins of
the product. In parallel, this
born-philanthropist is actively
involved in the community
of Riambel, the village
where she lives. Together
with her husband, she set
up a football team for the
children of the village. “There
is something in the South that
we do not find anywhere else,”
shares Emmanuelle. “Things
are like they were back in letan
lontan4. A neighbour would
knock on my door to offer me
a jar of letchi achard5 that she
prepared the day before – or
a fisherman would ask me if
I want to buy ourite6 or zero7.
I wouldn’t choose to stay
anywhere else in the world.”
The olden days.
Vegetables pickled with oil and spices.
6
Octopus.
7
Edible shells also known as kono-kono.
MALA,
LA GUERRIÈRE
KATHRIN ERNEST,
LA TÉMÉRAIRE
DORINE TOWNSEND,
LA CRÉATRICE
EMMANUELLE COQUET,
LE SOLEIL LEVANT
Ce cordon-bleu a été coupeuse
de canne pendant 17 ans
mais suite à un événement
malencontreux, a été contraint
d’arrêter. Elle se tourne alors
vers la restauration et fait ses
débuts lors des réceptions
hindoues. S’ensuit la vente de
rotis1 et de dholl puris2, puis
la création d’une table d’hôte
à travers Explore nou zil, une
entreprise familiale 100 %
mauricienne qui propose
des balades à vélos dans les
régions pittoresques de l’île.
« J’ai appris à faire la cuisine
toute seule depuis mon plus
jeune âge », confie Mala. La
maestro de la cuisine se lève
à 4 heures pour anticiper ses
journées, toujours chargées.
Elle prépare une variété de
currys et chutneys, rotis et des
dholl puris qu’elle livre à deux
hôtels de Bel ombre. Une autre
partie est remise à son fils aîné
qui les vend dans un coin très
fréquenté de la région. Le reste,
elle le garde précieusement
pour sa table d’hôte qui opère
depuis plusieurs années. Sur sa
table, on y trouve de savoureux
mets mauriciens, tels que les
gato-pima3 et samoussas. Les
hôtes ont même la permission
de la rejoindre en cuisine pour
apprendre à rouler la pâte
de rotis dans une ambiance
chaleureuse. Ce partage a
permis aux produits de Mala
de voyager jusqu’en Europe,
aux États-Unis et au Canada.
« Les touristes me félicitent
pour ma cuisine. Quand ils
viennent chez moi, ils repartent
toujours avec une commande
de dholl puris et rotis. »
Aujourd’hui, Mala est fière de
voir prospérer son entreprise
avec l’aide de sa famille.
Originaire d’Allemagne,
Kathrin Ernest a posé ses
valises à Maurice en 2009
pour y travailler en tant
qu’instructrice de kitesurf à
Bel Ombre, pour une durée
de trois mois. Elle tombe
amoureuse de la région
et rencontre par la même
occasion, sa future moitié.
En avril 2010, elle revient
s’installer pour de bon et ouvre
son centre d’activité nautique
et son école de kitesurf à
Bel Ombre. « Bel Ombre a
la particularité d’être encore
à l’état sauvage et c’est plus
agréable de kiter ici étant
donné qu’il n’y a pas un bain
de foule. » Kathrin propose
aussi des cours personnalisés
pour ses clients, ce qui leur
permet de profiter d’un
apprentissage en un temps
record. Elle a aussi mis en
place une équipe de sauveteurs
pour veiller à la sécurité de
ceux-ci et des kiters. Elle se
réjouit notamment d’avoir des
clients de différentes tranches
d’âges. « Je suis ravie de
compter parmi ma clientèle
des enfants de 8 ans comme
des personnes de 60 ans. »
On la retrouve dans les
marchés artisanaux
qu’organisent les centres
commerciaux de l’île et
les hôtels Heritage. Elle a
commencé son activité il y
a un an et demi et celle-ci
connaît un succès certain.
Dorine Townsend a eu le bon
filon lorsqu’elle a décidé de
s’investir dans la création
de sacs et de pochettes en
tissus. Élégantes et surfant
sur les tendances estivales,
ses créations séduisent les
adeptes de la mode. « J’étais
professeure dans une école
primaire et lorsque je suis
tombée malade, j’ai dû
arrêter. Je me suis retrouvée
à la maison à ne rien faire.
Pour m’occuper, je faisais de
la couture et c’est là que l’idée
de confectionner des sacs et
pochettes a germé. » C’est ainsi
que la créatrice s’enregistre au
National Women Entrepreneur
Council pour commencer cette
belle aventure.
Pétillante et d’une
positivité contagieuse,
Emmanuelle Coquet a
inauguré son épicerie fine,
baptisée Gourmet Emporium,
en 2010. Passionnée par son
métier, elle a évolué dans
l’univers de la gastronomie
dès sa plus tendre enfance
grâce à son père, gérant
d’un restaurant. De fil en
aiguille, elle fait ses premières
armes au sein de l’entreprise
familiale, s’envole pour Dubaï
pour finalement retourner
au pays et lancer sa propre
entreprise. Celle-ci rencontre
un franc succès. En quelques
années, Gourmet Emporium
s’étend dans plusieurs
points de l’île. La devise
d’Emmanuelle : partager
avec le client l’expérience,
l’histoire et les origines du
produit. En parallèle, cette
philanthrope-née s’implique
activement dans la vie du
village de Riambel, où elle
réside. Avec son époux, ils ont
mis en place une équipe de
foot pour les enfants du village.
« Il y a quelque chose dans
le Sud qu’on ne trouve nulle
part ailleurs, nous partage
Emmanuelle. On y retrouve les
habitudes de letan lontan4. La
voisine qui frappe à ma porte
pour m’offrir un pot d’achard5
aux letchis qu’elle a préparé la
veille – ou le pêcheur qui me
demande si je veux lui acheter
de l’ourite6 ou du zero7. Je ne
changerai d’endroit pour rien
au monde. »
Galettes préparées à base de farine et d’eau.
Galettes préparées à base de pois cassés jaunes.
3
Beignet salé à base de pois cassés jaunes.
4
Autrefois.
Salade de légumes macérés dans des épices.
Poulpe.
7
Coquillages comestibles aussi connus sous le nom de kono-kono.
4
1
5
5
2
6
74
| HERITAGE RESORTS STORIES
HERITAGE RESORTS STORIES |
75

Paperturn



Powered by


Full screen Click to read
Paperturn flipbook
Search
Overview
Download as PDF
Print
Shopping cart
Full screen
Exit full screen